Gaëlle Nikolova

25 janvier 2016

Hauteville House

Classé dans : en bazar — Zarael @ 15:17

Suite au coup d’état de Napoléon le 2 décembre 1852, Victor Hugo s’exile pendant 15 ans à Guernesey où il acquiert en 1856 Hauteville House , une belle demeure victorienne de 4 étages surmontée d’un belvédère qui surplombe la baie de Havelet.

g-vue-de-la-fenetre-de-v-hugo-blog.jpg

Derrière sa façade imposante et très représentative du goût de l’époque, se cache un intérieur entièrement revisité par l’écrivain.
Une fois la massive porte d’entrée franchie, une semi obscurité baigne le vestibule. Une sorte de portique semble indiquer l’entrée sombre des Enfers dont on peut s’évader en empruntant l’escalier tout en hauteur et en spirale.

g-entree-de-v-hugo-blog.jpg

C’est l’étage de réception et chaque pièce recèle un trésor :
le billard et sa galerie de tableaux dont 4 peintures presque abstraites de l’écrivain,
le salon de tapisserie et son cabinet de photographie dissimulé derrière une tenture,
l’atelier et son accès au jardin invisible de l’extérieur,
le couloir aux faïences dont les murs et le plafond sont tapissés de plats en porcelaine Japonaise,
la salle à manger avec son énigmatique “trône d’un ancêtre” imaginé par Victor Hugo et 3 bancs évoquant des stèles médiévales gravés chacun d’une inscription : La fin du seigneur, La fin du prêtre et la fin du soldat.

g-niche-du-trone-ancetre-blog.jpg
Niche du Trone d’un ancêtre abritant une Vierge Noire sous les traits de Léopodine, fille de l’écrivain décédée accidentellement en 1846.
Pulvis es, cinis sum Tu es Poussière, je suis cendre.

Au premier étage, les deux salons de réception ressemblent à des cabinets de curiosité du XIXème s où se côtoient des statues de serviteurs ayant servi à une commémoration à Venise, des objets d’art provenant du Palais d’été de Pékin, des tapisseries du château de Fontainebleau, des lustres de Murano, des miroirs sorcière…

g-escalier-v-hugo-blog.jpg

L’ascension continue et voici au deuxième étage la chambre de Victor Hugo, une chambre tellement symbolique que personne n’y dormait.
On y retrouve là encore l’inspiration du Moyen Age à la fois à travers le mobilier en bois sculpté mais aussi à travers la fascination pour l’au-delà : cette chambre met en scène le jugement dernier.
A l’entrée, une imposante table et trois fauteuils intitulés Mater, Pater et Filius tournés vers le lit évoque la place des juges.
Au centre, un arbre de vie se reflète dans un miroir sorcière, symbole de l’introspection et du fait de revisualiser sa vie.
Au fond, un lit à baldaquin. La tête de lit est incrustée d’une petite tête humaine mi squelette mi vivant.

g-lit-victor-hugo.jpg

Enfin, le dernier étage extrêmement lumineux et à la vue imprenable sur l’océan est le “lieu de la Lumière et de la Connaissance” pour Victor Hugo. On y trouve son bureau et sa chambre ornée de peinture sur bois illustrant la légende de saint Georges peinte par l’écrivain.

g-legende-de-st-georges-par-v-hugo-blog.jpg

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress