Telepolis (la Antena) de Esteban Sapir

18822828_w434_h_q80.jpg

En découvrant la bande-annonce du magnifique film de Esteban Sapir, je me suis étonnée que seules 9 salles en France aient choisi de le montrer.

La réponse se trouve probablement dans le film lui-même qui d’une part dénonce l’utilisation excessive de l’impact de l’image pour manipuler les esprits et d’autre part rappelle l’importance existentielle (alimentos TV) de penser par soi-même.

Contrairement à d’autres films sortis au même moment dans 300 salles, telepolis n’a pas utilisé d' »attrapes mouches » publicitaires pour en faire LA sortie cinema incontournable de la semaine. Le film ne correspond pas aux critères actuels du film à succès : Esteban Sapir ose l’écran noir et le silence, il raconte une histoire où le spectateur a le temps de penser tout en s’emerveillant.

Dans cette oeuvre quasiment muette, la musique accompagne le spectateur à la découverte d’un monde rempli de symboles. Le graphisme des images et les textes rapprochent beaucoup le film de la bande dessinée.

Telepolis s’inscrit dans la lignée artistique de Georges Meliès, des surréalistes, des expressionnistes allemands et du cinema fantastique de Fritz Lang à Terry Gilliam ou Alex Proyas en y ajoutant une touche argentine caliente.

Pour se faire une idée par soi même, voici l’adresse du site officiel du film :

http://www.kmbofilms.com/TelepolisSynopsis.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.